l amour sans le faire

 

L'excellente critique d'Hubert Artus dans le numéro de septembre de Lire m'a incitée à acheter un des romans qui ont "fait" la rentrée littéraire de cette année. Je n'ai pas été déçue : même s'il s'agit encore d'une histoire d'amour, de deuil et de résilience, l'écriture et le découpage du récit séduisent par leur justesse.

Dans la première partie, l'auteur suit séparément et en alternance: Franck qui s'en retourne visiter ses parents à la ferme familiale après dix ans d'absence, et Louise, jeune femme (sur)vivant à Clermont Ferrand, sur le point de rejoindre son fils chez ses beaux-parents. Les deux personnages ont en commun la perte d'un être cher, Alexandre, frère de Franck et mari de Louise (vous suivez?). 

C'est autour d'un autre Alexandre que s'articule la seconde partie, dans un décor résolument paysan, décor qui est à mon sens un personnage à part entière de ce roman. Est-ce parce que cela m'a rappelé la Haute-Loire que j'ai immédiatement visualisé la batisse, les prés, les chemins? Je me croyais à la Vialle d'Estours en plein été. 

Je conseille cette lecture et j'attends avec impatience l'avis de ma maman à qui je viens de préter le roman. Merci à Annie qui m'offre chaque année des chèques Lire que j'investis toujours dans les nouveautés de la rentrée littéraire!