Deuxième roman de la sélection. Plutôt particulier. Je ne l'aurais jamais acheté mais je suis contente de l'avoir lu. Je lui ai mis 15/20 (je me trouve plutôt généreuse en ce moment !!!).

Comme une bête, Joy Sorman

Le jeune Pim est apprenti boucher au CFA de Ploufragan dans les Côtes d'Armor. Son dégoût de l'école le pousse vers une formation de professionnalisation et l'aspirant boucher se découvre tout à coup une passion pour la viande. Il développe une relation presque érotique à la chair dépecée des bêtes qu'il vénère, s'identifie au porc à l'abattoir et communie avec la vache qui lui offre sa vie. Il ne se contente pas du minimum, il se fait « chevalier viandard, prêt au combat, au grand tournoi de rôtis » et se rêve meilleur boucher au monde.
 
Lire Comme une bête se rapproche de l'expérience multi-sensorielle. Les descriptions de Joy Sorman sont si vives et incisives qu'elles donnent à voir la chair désossée et parviennent à nous faire sentir l'odeur métallique du sang qui goutte, entendre le bruit mat du couteau qui s'enfonce. La vie de Pim et sa relation à la viande font penser à une nature morte inspirée d'une vitrine de grande boucherie et certains passages ont la clarté du ''Bœuf écorché'' de Chaim Soutine. Le sujet est inattendu, le pari osé et le résultat plutôt convaincant.