image

Dans leur maison, un couple consigne les visites qu'ils reçoivent. A quelques kilomètres de là, au café du Bosco, sept amis rendent quotidiennement compte de leur passage dans cette même maison. Ils y effectuent chacun leur tour quelques gestes simples: ouvrir les volets, faire le lit ou encore disposer des fleurs. Très vite on s'interroge sur ce parallélisme. Tout en remontant le fil de leur amitié, l'auteur nous dévoile peu à peu le motif de ce rituel.

Je ne vais pas trop m’étendre sur ce court roman : sans être mauvais, je n’ai pas aimé la forme narrative trop travaillée qui impose une certaine lourdeur au récit. Ce manque de fluidité a pour ma part cassé l’effet de suspens qu’à probablement voulu susciter l’auteur. J’ai trouvé qu’au contraire cela créait une gêne, comme si la part fantastique n’était pas pleinement assumée, ce qui m’a laissée sur ma faim. De plus je ne me suis pas attachée aux protagonistes et peut être est-ce là le défaut du roman: on ne perçoit pas d'évolution des personnages malgré le dilemme auquel ils doivent faire face.  Une petite déception.