Quand on m’a parlé des Naufragés du Batavia, j’ai noté le titre dans un coin de ma tête, puis un article sur la rentrée littéraire a rappelé à ma mémoire son auteur, Simon Leys (Le parapluie de Simon Leys, de Pierre Boncenne).

les-naufrages-du-batavia

Bref, me voilà à lire ce court essai qui retrace le destin inattendu des passagers du Batavia, un navire qui fit naufrage en 1629. L’auteur avertit en préambule qu’il existe un ouvrage de référence sur ce sujet (Mike Dash, L'archipel des hérétiques) et nous propose ici d’analyser la mécanique qui a permis l’émergence d’une micro-dictature et les stratégies de survie des naufragés. La concision renforce l’effet d’enchaînement : la succession de faits qui, pris séparément, auraient été presque anodins mais qui ont eu des conséquences dramatiques dans ce contexte et cette chronologie. La conclusion nous invite également à nous interroger sur la réversibilité de toute situation. J’ai trouvé que ce récit illustrait parfaitement la théorie d’Effondrement.