C’est un livre que je voulais lire depuis longtemps et c’est enfin chose faite.

chameausauvage

Halvard Sanz semble cultiver l’art de se retrouver dans des situations improbables : maladroit et timide, ses fulgurances audacieuses sont souvent mal récompensées. Mauvais choix ou acharnement du sort ?  Sa quête un peu naïve de l’amour idéal n’y échappe pas non plus…

Malgré quelques longueurs, l’humour de Jaenada fait recette : impossible de ne pas sourire à certains passages de la vie quotidienne écrits avec un mélange d’autodérision et de bienveillance. L'auto-fiction n'est jamais bien loin non plus dans l'introspection continue : tiraillé entre un attentisme un peu agaçant et la volonté de s’en sortir, le personnage est aussi attachant par son côté rêveur.

Le dernier tiers du récit se rapproche du roman d’apprentissage où la réflexion psychologique prend le dessus sur les tribulations du narrateur et trouve son aboutissement dans la découverte du principe du  fameux « chameau sauvage ». Et au final une jolie leçon d’indulgence pour tous nos actes manqués.