le dernier verre

De ce livre je ne vous dirai pas grand-chose car les raisons qui m'ont amenée à le lire sont trop personnelles pour que je les dévoile ici. Pour la première fois, j'ai hésité à partager avec vous une lecture mais s'il aide un seul d'entre vous, alors cela justifiera mon impudeur. Nul besoin d’être alcoolique pour cela.

Si vous êtes sujets à des comportements de type compulsifs, que cela concerne l’alcool, la cigarette, la nourriture, le sport, les achats, que sais-je encore ;  et/ou si vous ressentez en vous quelque chose de l’ordre de l’angoisse ou de l’anxiété ; et/ou si vous êtes atteint du « syndrome de l’imposteur », si vous ne vous sentez pas toujours (souvent ?) à votre place, alors lisez-le. Ce livre ne vous donnera pas de réponse mais certainement des clés de compréhension ou simplement un accostage de quelques heures dans un port où vous ne sentirez plus seuls.  

Et puis, si vous n’avez rien de tout cela, eh bien lisez-le quand même! J'aurais aimé caser le mot "sérendipité" que j'aime tant, mais le hasard pèse si peu face à la lucidité et la ténacité d'Olivier Ameisen... Cette autobiographie a connu un retentissement exceptionnel: la réalisation de l'étude Bacloville permet en 2014 d'émettre une recommandation temporaire d'utilisation du Baclofène dans la lutte contre l'alcoolisme, en attendant l'autorisation de mise sur le marché qui devrait intervenir dans les semaines à venir. Malheureusement Olivier Ameisen, décédé d'une crise cardiaque il y a trois ans ne verra pas la consécration de ses travaux.

Ce livre est enfin un appel à la tolérance et à la bienveillance et signe la victoire de l’écoute (de soi et des autres) sur le silence.