De Gaël Faye je ne connaissais ni ses chansons ni son histoire. J'ai découvert son nom avec l'effervescence de la rentrée littéraire et c'est Le masque et la plume qui m'a donné envie de le lire (quatre liens en deux phrases, moi je dis Bravo!).

Petit-Pays_Gael-Faye

Le thème de son premier roman qui puise son inspiration dans sa propre histoire n'est pas aisé puisqu'il s'agit du génocide rwandais. Pourtant il se lit très facilement, le ton léger du narrateur, un enfant d'une dizaine d'année, donne un air naïf au récit alors qu'en contraste la montée progressive de la violence envahit peu à peu son univers. La maîtrise de l'intensité dramatique est particulièrement remarquable, on a réellement la sensation que la guerre percute l'insouciance de l'enfance. A l'heure d'une période pré-électorale les débats politiques n'hésiteront pas à balancer statistiques et pourcentages sur les conséquences de notre ouverture sur le monde, ce roman nous rappelle que ceux qui demandent à être accueillis sur "notre" territoire ne sont pas des chiffres mais des victimes: des hommes, des femmes et des enfants qui fuient des conflits dont l'horreur dépasse l'entendement.

Ne serait-ce que pour cela ce roman n'a pas usurpé sa couverture médiatique.

PS:Pour expliquer la notion de réfugiés aux enfants, le dernier J'aime lire "Les trois étoiles" (N°479, décembre 2016) raconte le voyage d'une famille syrienne fuyant la guerre. Vous avez aussi Eux c'est Nous de Daniel Pennac.