560A2DCD-39D1-4A8A-8770-357FA70A0517

« Mais oui, L’histoire d’Helen Keller, cette fille aveugle sourde et muette, ce livre m’a marqué moi aussi, c’est extraordinaire ! » s’est enthousiasmé Pierre lors d’une discussion sur nos souvenirs de lectures de jeunesse. Je lui raconte alors que j’étais allée jusqu’à apprendre le braille (et après je m’étonne qu'Emma connaisse par cœur l’alphabet hiéroglyphique…).

Il se trouve que j’ai justement récupéré à l’automne des livres de mon enfance qui viennent de rejoindre la bibliothèque de… mes toilettes, un des endroits où ma fille aime lire (visiblement elle ressemble aussi beaucoup à son père!). Le lendemain je lui ai donc montré le petit livre de poche - il avait la même édition! - et j’en ai profité pour le relire.

 

F1BC395A-5045-4F15-832F-FE60243F8289

 

Ce roman qui date de 1958 a bien vieilli : le style d’écriture simple et fluide et le sujet du handicap et de la solidarité (avec un soupçon de féminisme) en font une lecture agréable et toujours d’actualité. J’aime particulièrement le point de vue centré sur l’entraide et l’enrichissement mutuel plutôt que sur la dépendance et cela me rappelle une conversation récente : « On doit toujours quelque chose à quelqu’un… On se doit tous quelque chose...C’est le principe de la vie en société et il faut l’accepter: on est rien sans les autres! » m'a-t-on dit alors que j'insistais au nom de l’égalité homme-femme pour régler la note du dîner. Et j’aime beaucoup la citation d’Helen Keller en préface de ce livre: « À la mémoire de Maîtresse qui entraîna une petite fille hors des ténèbres et lui donna le monde... »

(A partir de 9 ans)