La_Petite_Maison_Dans_La_Prairie (<=clique ici pour écouter un extrait @Emma 😍)

Depuis que j'évoque ici ce souvenir d'enfance, il était temps que j'en fasse un post à part entière...

Marie a trouvé dans une « boite à livres » en bas de chez elle les sept premiers volumes de La petite maison dans la Prairie précisément le lendemain d’une discussion où nous nous demandions si nos filles y seraient autant accro que nous. Ça m’a donné envie de les relire et une recherche sur le bon coin m'a permis d'acquérir pour trois fois rien la collection complète dans la même édition que celle que nous empruntions petites à la bibliothèque. La personne qui me l'a vendue a ajouté au lot une biographie : La vie aventureuse de Laura Ingalls Wilder de William Anderson.

6E6083FB-6964-463C-8A34-DF07D9911AF2

Je ne les ai pas lus d'une traite (mais presque) et en tous cas chaque volume a été avalé en moins de vingt-quatre heures : j’ai retrouvé exactement le même plaisir de lecture qu'à dix ans. 

50D73A4D-32EE-4D0B-A624-D0BEFE834143

 

Alors oui, c'est de la littérature "jeunesse" avec tout ce que cela peut comporter de romance naïve et de bienveillance: c'est certain, il ne faut pas s'attendre à un recit subversif. Néanmoins, par sa forme autobiographique, il nous livre un témoignage passionnant sur la conquête de l'ouest aux Etats-Unis, et entre les lignes, on y découvre la politique américaine (les lois incitatives donnant un droit de propriété), la pauvreté, l'instabilité et la dangerosité de la vie de pionniers : un ensemble d'éléments qui me semblent importants pour comprendre l'Amérique d'aujourdhui. 

B1AEBCF9-9B0B-4218-B0FF-033DAF776DB5

J’ai survolé la première moitié de la biographie car elle est trop répétitive par rapport aux huit tomes, en revanche j’ai lu la seconde partie sur la vie de Laura Ingalls après la naissance de sa fille et c'était très intéressant: comment cette fille destinée à une vie d'agricultrice est-elle devenue un des écrivains de jeunesse les plus populaires de son pays?

NB: cette histoire n’a RIEN à voir avec l’ineptie monumentale qu’est la série télé du même nom.