D63303BF-1BE1-4490-998E-E02DB5827B6B

J'ai découvert Riad Sattouf il y a deux ou trois ans avec L'Arabe du futur. La narration, le décalage entre le point de vue enfantin et la gravité de la situation, les dessins et jeux de couleurs: tout concourt à la subtilité de ces romans graphiques sur l'évolution de la situation syrienne, le radicalisme et l'intégrisme, un exercice pourtant assez périlleux. C'est à la fois drôle, touchant et intelligent et le quatrième tome paru cet automne n'y déroge pas.

J'ai ensuite rapidement adhéré aux bandes dessinées Les cahiers d'Esther. Retransposant en dessin et en bulles les réflexions d'une petite fille avec une histoire par planche et une année par volume, l'idée est vraiment originale et réussie. Emma a commencé à les lire : vu son obsession de la Syrie, quand je lui ai expliqué l'histoire de l'auteur, il n'a pas fallu insister longtemps. Elle a aussi lu Retour au collège que j'ai emprunté à ma médiathèque et qui traînait au salon, un dimanche où elle s'était réveillée avant moi. Ce n'est clairement pas de son âge mais évidemment elle a adoré : c'est bien connu ce qui est transgressif a une saveur supplémentaire particulière et à son petit sourire malicieux j'ai su qu'aux premiers gros mots elle a du éprouver ce souffle de liberté que l'on ressent tous quand on brave l'interdit.

 FFF15E4C-D3BD-4178-A215-97F0D66397A4