Un petit mot rapide pour vous dire que j'ai lu le prix Goncourt sur l'avis enthousiaste de ma soeur (mais acheté comme le veut la tradition familiale par mon père) et j'ai passé un super moment.

20190310_215441

Je suis entrée immédiatement dans ce véritable roman réaliste qui se rapproche de la littérature que j'apprécie depuis longtemps, celle qui nous immerge dans un microcosme social, à la façon d'un Balzac ou d'un Zola. 

Les années 90 dans une petite ville de l'est : Leurs enfants après eux est une plongée dans l'adolescence d'une poignée de jeunes issus des classes moyennes ou populaires provinciales. Entre Fief et Le Bonheur National Brut, ce récit parlera particulièrement à ma génération, celle qui a grandit sans Internet ni portable mais avec la télévision, les préservatifs et le chômage.

Et puis il y a ce sentiment qui nous saisit soudain, cette vie trop étroite pour eux et dont il est difficile cependant de s'extraire tant le déterminisme social pèse sur leur communauté.