IMG_20190402_203000_044

Si ma fille n'avait pas depuis plusieurs années les yeux qui brillent à l'évocation de l'Egypte, je n'aurais probablement pas lu l'article élogieux du Monde sur l'essai de Maurice Sartre, Cléopâtre, un rêve de puissance. La promesse féministe et la période historique fascinante (j'ai fait du latin jusqu'en Terminale juste pour la mythologie et l'histoire des empereurs romains complètement barrés) m'ont décidée à le mettre dans ma liste de livres à lire.

On ne va pas se mentir, la mise en route de cette lecture est un peu exigeante: il faut se familiariser avec une carte du Moyen-Orient aux noms oubliés, une monnaie qui n'a aucune valeur pour nous, des dates "à rebours" et surtout l'arborescence des Ptolémée et des Cléopâtre... A ce sujet, je vous conseille de commencer par lire les appendices explicitant très bien les problèmes d'homonymie et de datation. 

Pour ma part je me suis référée à cette carte-là pour me repérer dans l'espace:

Carte Rome

Une fois ces difficultés franchies, l'éclairage de Maurice Sartre est passionnant. Face au manque de documentation - une vraie surprise quand on sait la popularité dans l'imaginaire collectif de ce personnage historique - il nous propose un portrait sans concession mais bien loin de l'image misogyne de la femme qui ne réussit que grâce à sa beauté fatale. Cléopâtre fût certes la maîtresse de César et de Marc-Antoine, cependant il est bien difficile d'estimer ce qui fût du ressort des sentiments et du calcul politique à une époque où l'on se mariait entre frères et soeurs. Et si elle était présente avec sa flotte au côté de son époux, ce ne fût probablement pas par jalousie mais pour tenir son rang, au même titre que ses alter-ego masculins à qui personne n'aurait songé à trouver à redire d'être parmi leur troupe dans les batailles décisives.

Les préjugés se défont ainsi au fil des pages nous donnant à travers ce règne les clés de compréhension de la fin de l'époque hellénistique et de la naissance de l'empire romain dans une région qui n'a finalement jamais cessé d'être le théatre d'enjeux géopolitiques majeurs.