J'étais restée sur ma faim lors de ma lecture d'Une femme aimée. Qu'à cela ne tienne, en investiguant sur une biographie de l'impératrice, de fil en aiguille, j'arrive sur le podcast passionnant d'un entretien d’Henri Troyat. Auteur d’origine russe, je n’ai rien lu de lui depuis des années et malheureusement la biographie de Catherine La Grande n'est pas disponible en ebook (en ce moment c'est ce format qui me permet de consacrer le plus de temps à la lecture). Qu'à cela ne tienne (bis), je télécharge Paul 1er, le tsar mal-aimé dont le titre en redondance avec celui d'Andreï Makine me plait et qui, me dis-je, devrait tout de même évoquer sa mère.

Paul1er

Je ne regrette pas du tout ce choix : Tsar au pouvoir éphémère (5 ans), coincé entre les célèbres règnes de Catherine La Grande et d’Alexandre 1er, cette biographie donne un angle de vue intéressant sur le tournant qui s’opère alors géopolitiquement en Europe entre la Révolution Française, l’émergence d’un Napoléon, la puissance Prusse…

Henri Troyat nous embarque véritablement dans ce récit à la fois historique, politique et personnel et on navigue ainsi avec aisance entre la société russe d’alors, les enjeux territoriaux et la psychologie du personnage – on pourrait même dire psychiatrie tant la santé mentale de l’Empereur est préoccupante...