" il faut que tu lises Le peintre de batailles".

C'est la seconde fois qu'il mentionne ce roman et parfois l'intensité de son regard est bien plus incisive que n'importe quel discours. 

Le calme imposé est parfait pour une lecture qui demande une certaine concentration intellectuelle. J'ai d'ailleurs eu du mal à entrer dans l'histoire car le style est très descriptif, et pour cause: le travail du photographe et la création du peintre sont au coeur du sujet.

Une fois cette difficulté dépassée, je me suis plongée dans le déroulé de la rencontre entre un ancien photographe de guerre reconverti à la peinture et un de ses sujets, un croate de Bosnie figurant sur un cliché devenu célèbre bouleversant par là même tragiquement sa vie.

Malgré quelques travers (l'auteur est à mon avis trop complaisant vis à vis du personnage féminin dont même les défauts deviennent sous sa plume des qualités, ce qui la décrédibilise fortement), la réflexion sur le pouvoir de la représentation est intéressante, portée par un récit très introspectif.

Maintenant je dois vous avouer qu'il y a aussi une dimension personnelle particulière qui m'a beaucoup perturbée dans cette lecture. Je me souviens* parfaitement de la guerre en ex-Yougoslavie entre 1992 et 1995.

Et si j'ai été autant troublée par ce livre, c'est que je garde en mémoire précisément cette mère bosniaque racontant à la télévision que des soldats serbes avaient arraché devant elle les yeux de son fils à la petite cuillère, avant de l'emmener puis de lui restituer plus tard ses ossements dans un sac. Je me souviens de mon incrédulité face à cette journaliste qui traduisait ce témoignage, de l'indécence et du pouvoir des images pour mobiliser l'opinion publique. Ca se passait à nos portes et ce souvenir qui m'a longtemps hanté est revenu en force en 2015 avec la photo de l'enfant sans vie photographié sur une plage turque. 

En vous écrivant ceci, je me souviens aussi du premier vrai voyage que j'ai fait, en 2006, j'ai choisi la Croatie qui se relevait de ce conflit sans être encore la destination touristique qu'elle est devenue. Sur la route qui nous conduisait de Zadar à Split, les impacts des combats étaient encore visibles ça et là. 

A quelle question cherchons-nous à répondre en voyageant et en lisant?

* Je me suis intéressée très jeune à la géopolitique comme en témoigne le texte daté du 18 janvier 1992 de l'unique volume de mon journal intime rescapé des multiples déménagements... :D)

20200323_165504

 

20200323_165531