07 février 2016

Best of Emma 10

Une discussion avec ma copine Stéphanie m'a rappelé que ça faisait longtemps que je n'avais pas parlé de littérature jeunesse ici. Comme elle, et grâce à la Marraine d'Emma, j'ai découvert avec plaisir une nouvelle collection, La Fée Coquillette. C'est drôle, bien écrit et adapté à la maturité d'un enfant de 5 à 7 ans. Le graphisme coloré est vraiment réussi.  On reste aussi sur la série des Lulu-Grenadine qui plaît énormément aux petites filles (n'est ce pas Maena?): Désormais Emma est aussi "prescriptrice": de la... [Lire la suite]

24 janvier 2016

# 139 La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson

Après deux livres plutôt denses, La lettre à Helga m'a attirée par la promesse d'un ami d'un roman "page turner"* et son format court (une centaine de pages). Mais la première chose qui m'a interpellée sur la couverture, ce fut l'éditeur: Zulma. Ça me disait quelque chose, et pour cause, ils ont aussi produit Rosa Candida et Un homme amoureux. En faisant quelques recherches rapides j'ai également appris que le nom venait d'un poème de Tristan Corbières, quej'ai ainsi découvert. J'ai aimé l'histoire de cette petite maison... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 21:27 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 janvier 2016

# 138 Boussole, Mathia Enard

J’ai un peu tardé à le lire alors que mes parents m’ont offert Boussole pour mon anniversaire car je gardais un souvenir mitigé de cet auteur (et aussi, il faut bien l'avouer, à cause de son grand format pas très pratique à glisser dans un sac). Entre temps il a obtenu le prix Goncourt. J’ai eu la bonne idée de le lire après Pourquoi la musique ? ce qui a indéniablement facilité mon entrée dans ce roman complexe. « Érudit » est d'ailleurs le terme qui revient le plus souvent dans la presse au sujet de Boussole. Lors d’une nuit... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 janvier 2016

# 137 Pourquoi la musique? Francis Wolff

En 2015, j’ai lu beaucoup plus d’essais qu’auparavant, et surtout je prends de plus en plus de plaisir à cette lecture un peu particulière. En terme de disponibilité intellectuelle, Pourquoi la musique? a été certainement le plus exigeant me concernant. Il m’a fallu un mois pour le lire,  déjà parce qu’il est très dense et ensuite parce que la musique n’est pas vraiment mon domaine de prédilection. L'article du Monde qui le classait dans ses coups de cœur de l'été (encore elle: j'en ai fait bon usage!) était très... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 22:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
06 janvier 2016

# 136 Marie Antoinette, Stefan Zweig

Après La septième fonction du langage et Un roi sans divertissement, j’avais envie d’un livre plus léger et je me suis souvenue que ma maman puis un collègue m’avaient conseillé les romans historiques de Stefan Zweig. De cet auteur je n’avais lu que Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, il y a longtemps. J’ai opté pour Marie Antoinette par facilité : il était disponible en téléchargement. Fan des romans de cape et d’épée d'Alexandre Dumas, j’ai bien aimé me plonger dans cette période de l’Histoire et approcher la... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 10:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
24 novembre 2015

# 135 Un roi sans divertissement, Jean Giono

Mon amie Cyrielle m'a dit l'autre jour : "c'est bizarre tu aimes tous les livres que tu lis! Ça en devient suspect!". En réalité, pas du tout, simplement je n'arrive pas à me motiver pour écrire quand ça ne m'a pas plu, pour une fois (et pour ses beaux yeux) je me plie donc à l'exercice. J'ai commencé Un roi sans divertissement avec un a priori positif car je gardais un agréable souvenir de L'homme qui plantait des arbres et Les âmes fortes. C'est difficile de critiquer un roman de Jean Giono, d'autant plus qu'il m'a été... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 octobre 2015

# 134 La septième fonction du langage, Laurent Binet

J'étais impatiente de lire ce roman et sans en connaître une seule ligne je l'avais pronostiqué "goncourisable". On connaît la nullité de mes prédictions dans ce domaine, il n'était même pas dans la première sélection. Pas de problème, l'agitation médiatique n'est pas vraiment ce qui attire mon intérêt (dans ce cas c'était surtout le bon souvenir de la lecture d'HHhH du même auteur).  Je ne vais pas vous mentir, je suis complètement passée à côté de la première partie. J'ai mis deux semaines à la lire, je ne... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 octobre 2015

# 133 Le chameau sauvage, Philippe Jaenada

C’est un livre que je voulais lire depuis longtemps et c’est enfin chose faite. Halvard Sanz semble cultiver l’art de se retrouver dans des situations improbables : maladroit et timide, ses fulgurances audacieuses sont souvent mal récompensées. Mauvais choix ou acharnement du sort ?  Sa quête un peu naïve de l’amour idéal n’y échappe pas non plus… Malgré quelques longueurs, l’humour de Jaenada fait recette : impossible de ne pas sourire à certains passages de la vie quotidienne écrits avec un mélange... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 23:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
04 octobre 2015

# 132 La Liseuse, Paul Fournel

Eva puis Marie me l'ont conseillé, et c'était une lecture vraiment appropriée après "La main de l'auteur, l'esprit de l'imprimeur".  Le titre est malin et induit une ambiguïté entre l'objet et la personne: Paul Fournel choisit la fiction pour nous parler du monde de l'édition, des auteurs aux éditeurs en passant par les stagiaires, et de la lecture. La liseuse-objet est au cœur du sujet - il y a ses partisans pragmatiques et ses opposants sentimentaux, qui de vanter ses capacités de stockage, qui de déplorer l'absence... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 17:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
29 septembre 2015

# 131 Le coeur du pélican, Cécile Coulon

  En recherchant de l'information sur Sorj Chalandon je suis tombée sur un article du Monde où il  encense Cécile Coulon. Son nom ne m'était pas inconnu, au contraire, mais je ne l'avais jamais lue pour une raison toute bête (et j'imagine indépendante de sa volonté): les journalistes introduisent quasiment systématiquement leur critique par des remarques sur le physique et l’âge de l’auteur, ce qui a eu pour effet de me détourner d’elle. L’article en question ne déroge pas à la règle, pourtant l´intérêt pour le thème... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,