02 juin 2017

# 186 A la Verticale de soi, Stéphanie Bodet

Invité sur France Inter pour la sortie de son dernier livre, Sylvain Tesson a recommandé la lecture d'A la Verticale de soi et j'ai été immédiatement séduite par la poésie du titre.   La première surprise c'est qu'il y a une très jolie préface de Sylvain Tesson justement. Il a un sens de l'auto-dérision et une clairvoyance sur lui-même, une conception du voyage et une attirance inexpliquée pour la Russie qui me touchent et cette fois-ci encore il sait choisir les mots pour donner envie de lire l'autobiographie de... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mai 2017

# 185 Assez de bleu dans le ciel, Maggie O'Farrell

J'ai découvert cette auteure un peu par hasard grâce à une critique élogieuse du site Lexpress. Pourtant le titre ne m'avait pas totalement convaincue mais j'ai fait confiance à ceux qui officient également pour le magazine Lire.  La vie de Daniel pourrait s'intituler "les rendez-vous ratés" s'il n'y avait eu sa rencontre on ne peut plus fortuite avec sa femme Claudette, une actrice qui se cache du monde. Un anti-rendez-vous en somme.  Mais rattrapé par son passé, Daniel ne trouve pas d'autre issue que le silence et... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 mai 2017

# 184 Le médecin personnel du roi, Per Olov Enquist

Encore une lecture issue de la liste d'Alessandro Barricco dans Une certaine vision du monde. J'avais particulièrement aimé le chapitre qu'il y consacrait, ne serait-ce que par la conclusion, et c'est d'ailleurs l'extrait que j'avais choisi pour illustrer mon article. Je vais être un peu plus nuancée sur l'appréciation de ce livre, j'ai mis du temps avant d'entrer dans l'histoire, d'abord à cause des répétitions qui impriment un rythme assez lent et paradoxalement ces redites ne servent pas la compréhension. Ensuite j'ai... [Lire la suite]
13 mai 2017

# 183, Le Rideau, Milan Kundera

De Kundera je n'ai lu que quelques livres: L'insoutenable légèreté de l'être bien sûr, La valse aux adieux, Risibles amours, La fête de l'insignifiance et très récemment Le rideau.  J'ai beaucoup aimé ses romans de la "période tchèque" que j'ai lus il y a longtemps, je me souviens avoir surligné des dizaines de passages. La sonorité et la précision des mots, la simplicité de la forme: l'écriture de Kundera sonne juste et a une poésie particulière. Au détour d'un paragraphe une phrase nous atteint en plein cœur: "C'était une... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 11:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
02 mai 2017

# 182 Into the Wild, Jon Krakauer

J'ai revu Into the wild avec la crainte d'être déçue: lors de sa sortie en 2007 j'étais sortie du cinéma bouleversée. Je crois que j'ai été encore plus touchée cette fois-ci et c'est ce qui m'a poussée à lire le livre du même titre qui en est à l'origine (Voyage au bout de la solitude en français - quelle horrible traduction!).   Journaliste américain, Jon Krakauer avait écrit un article dans la revue d'aventure Outside sur la tragédie de Christopher McCandless, un jeune homme dont le voyage quasi-initiatique vers un... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 21:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
23 avril 2017

# 180 L'Amie prodigieuse, T1- T2- T3, Elena Ferrante

J'avais offert L'Amie prodigieuse à Marie dès sa sortie en France suite à un article du Monde, elle a lu dans la foulée les trois autres tomes en italien. Il m'a fallu plusieurs mois pour me lancer dans la saga, mais une fois partie, j'ai enchaîné L'Amie prodigieuse, Le nouveau nom et Celle qui fuit et celle qui reste.  A la fois chroniques de l'Italie de la seconde partie du XXème siècle et roman générationnel, l'histoire d'amitié entre Lila et Lenu mêle avec finesse les destins personnels aux mutations politiques et... [Lire la suite]

21 avril 2017

# 179 Arrête avec tes mensonges, Philippe Besson

J'ai découvert Philippe Besson il y a des années avec un roman qui m'avait beaucoup touchée: Se résoudre aux adieux. Derrière la banalité du thème de la rupture amoureuse, le récit de Besson m’avait frappée par sa finesse. Une femme quittée part en voyage et écrit des lettres à son ancien amant, tout en affirmant ne pas attendre de réponse - l’envoi du courrier remettant forcément en cause au moins aux yeux du lecteur cette absence d’espoir. Philippe Besson met dans ces lettres mortes tout le désespoir de savoir que c'est fini avec... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 mars 2017

# 178 Sous le compost, Nicolas Maleski

Encore une bonne idée de Lire magazine qui m'a souvent fait découvrir des premiers romans. Franck est homme au foyer. Ne comptez pas sur lui pour se plaindre de sa condition : entre les tâches ménagères, l’éducation de ses trois filles et ses plantations, Franck semble être un homme heureux. Tranquille et solitaire mais heureux. Lorsqu’une lettre anonyme lui révèle l’infidélité de sa femme, il décide de préserver cette routine et de ne rien changer aux apparences. Des apparences justement, il en est beaucoup question dans ce... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 mars 2017

# 177 Article 353 du Code pénal, Tanguy Viel

On a beaucoup parlé d'Article 353 du Code pénal lors de la rentrée littéraire de janvier: en général les critiques étaient plutôt favorables, à l'exception d'une voix au Masque et la Plume. Toujours est-il que c'est l'extrait publié dans Lire Magazine et le fait que ce soit un roman court (il y a des périodes comme ça où je n'ai pas envie de me lancer dans un pavé de 500 pages) qui m'ont décidée. Je ne vais pas faire dans l'originalité, je l'ai lu d'une traite. Martial Kermeur, à qui rien ne semble réussir dans la vie, se retrouve... [Lire la suite]
Posté par Yaourtlivres à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 février 2017

# 175 Sur les chemins noirs, Sylvain Tesson

"Tout ce qui bouleverse la vie advient fortuitement. Le destin ressemble à ces seaux d'eau posés en équilibre sur la tranche des portes. On entre dans la pièce, on est trempé. Ainsi va l'existence. J'ai été initié à la vérité du "pofigisme" le soir où je m'y attendais le moins. Pofigisme n'a pas de traduction en français. Ce mot russe désigne une attitude face à l'absurdité du monde et à l'imprévisibilité des événements." Troublant extrait recopié en janvier 2014 après avoir lu S’abandonner à vivre de Sylvain Tesson. Quelques mois... [Lire la suite]