autour du monde

J'ai mis un certain temps avant "d'entrer" vraiment dans ce roman, gênée par un procédé narratif chargé en énumérations et un usage exagéré du futur. Puis je me suis habituée au style et je me suis laissée embarquer par "Un tour du monde".  

La terre tremble au Japon ce 11 septembre 2011, et l'information circule presque en temps réel autour du globe. Le séisme comme le fil conducteur du roman, il relie entre eux des histoires: que se passe-t-il ailleurs, autour du monde, au même instant s'interroge l'auteur. A la manière d'un satellite gravitant autour de la terre en 24 heures, Laurent Mauvignier braque un projecteur sur des tranches de vie. Incisif, précis, il joue avec les analepses ("flashbacks") et les détails pour retranscrire des situations tout en finesse et en nuance, sans jamais tomber dans la caricature.

Ce roman peut se lire comme une succession de nouvelles ayant pour objet d'étude l'amour sous toutes ses formes. Les personnages principaux sont souvent des hommes et l'auteur n'est pas tendre avec eux, pourtant il les regarde avec bienveillance tenter de concilier la complexité de l'amour face à la morale et aux attentes sociales et familiales des uns et des autres.